le numérique une technologie imposée

lundi 26 mai 2008 par Webmaster Crancra

Salut à vous, amies radios libres !

Suite aux conditions imposées dans les dossiers pour le passage au numérique, un certains nombre de radios associatives non commerciales dont Fréquence Paris Plurielle à Paris et Radio Canut à Lyon, initient une rencontre informelle le samedi 24 Mai à Lyon pour fédérer les énergies et engager une lutte politique contre ce projet...

Vous trouverez ici :
http://www.rfpp.net/article.php3?id_article=374, un communiqué proposé par Radio Canut et Fréquence Paris Plurielle - signalez-nous si vous souhaitez vous y associer, il sera diffusé plus largement (presse, public...) dans un second temps.

Parce que le passage au numérique est imposé par les industriels,
Parce que le passage au numérique interdit l’autodiffusion (chaque radio devra passer par un sous-traitant pour émettre),
Parce que le passage au numérique oblige les radios à se pacser entre elles (chaque radio doit trouver 8 autres radios pour former un ensemble qui discutera avec une entreprise de multiplexage (qui mettra les signaux des 9 radios ensemble et les donnera au diffuseur (TDF, towercast ou VDL au choix...),
Parce que ce "multiplexage" est un nouvel intermédiaire qui oblige les radios soit à le créer en formant des GIE (Groupe d’Intérêt Economique)ou à avoir un sous-traitant,
Parce que contrairement à ce qui a été annoncé, la diffusion en numérique coûtera plus cher (par exemple TDF propose un service à 20 000 euros auxquels il faut rajouter le coût du transport du signal du studio à l’émetteur, le prix du sous traitant, l’investissement technique,
Parce que ce système ne se substituant pas à la FM (qui ne va pas disparaitre avant 10 ans selon le CSA et 20 ans selon TDF) nous condamne à une double diffusion,
Parce que l’appel à candidature va d’abord permettre aux réseaux nationaux de s’étendre avant de sauvegarder les radios locales,
Parce que l’appel à candidature prévoit la suppression pure et simple de radios associatives (selon nos informations il y aura par exemple seulement 10 places pour les radios de catégorie A sur l’agglomération de Lyon alors qu’il existe aujourd’hui une quinzaine de radios associatives...),
Parce qu’aucune explication claire n’est disponible sur ce passage au numérique et que même le CSA et TDF sont dans le flou,
Parce que la norme choisie n’est pas du tout en corrélation avec le mode d’écoute des FrançaisEs. Il s’agit du DMB (Digital Multimédia Broadcasting) crée en Corée pour la télévision (sic). La Corée n’étant pas vraiment un bon exemple puisque l’écoute radiophonique est marginale dans ce pays alors qu’en France, la radio touche 90% de la population tous les jours et que la durée moyenne d’écoute quotidienne est d’environ 3 heures.
Parce que ce passage au numérique va une nouvelle fois renforcer les radios commerciales, nous y voyons une attaque contre les militant-e-s des radios libres (qui sont historiquement à l’origine de la libération de la radio), contre leur rôle social auprès des quartiers populaires, contre leur liberté d’expression propice à la contestation...

Nous vous invitons à venir tchatcher de toutes ces questions le samedi 24 mai à 14h à Lyon, 24 rue du Sergent Blandan, à coté de la place Sathonay dans le 1er.

Il ne s’agit pas de créer une nouvelle fédération ni de se substituer au travail des syndicats mais de rentrer dans une lutte plus politique et ouverte à l’ensemble du mouvement social....

N’hésitez pas à faire tourner cette invitation à vos radios amies...
Pour plus d’infos, contactez Juliette de FPP (jvole@intempestive.net / 01 40 05 06 01) ou Oliv de Canut (rocknroul@no-log.org / 04 78 29 26 00). Pour ceux qui viendraient de loin, on s’organise pour l’hébergement si vous nous prévenez...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 272363

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site actions et documents  Suivre la vie du site radios numériques   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License